dimanche 15 février 2015

La myrtille

Anthocyanines, cyanidine, delphinidine, malvidine, péonidine, pétunidine, bêta-carotène, acide chlorogénique, kaempférol, myricétine, acide p-coumarique, quercétine, acide félurique, proanthocyanidines, acide salicylique, fructo-oligo-saccharides, resvératrol, vitamine C, vitamine A, vitamine E, potassium, B2, B3, B9, magnésium, manganèse, fer, zinc.
Pointage CARO (antioxydant): 2400

Selon le Dr Jim Joseph de l’université Tufts aux Etats-Unis, les myrtilles procurent des bienfaits «anti-vieillissement», préviennent le déclin de la vieillesse mais semblent aussi pouvoir inverser certains aspects du vieillissement du cerveau. 

Le magazine Eating Well a nommé dans le passé la myrtilles «fruit de l’année», en raison de sa richesse exceptionnelle en substances antioxydantes protectrices de nos cellules. Dans le magazine Prevention, le Dr Holly Mc Cord a écrit: «Si vous ajoutez un aliment à votre alimentation cette année, optez pour la myrtille.».

Selon le chimiste de l’alimentation Wilhelmina Kalt du ministère Canadien de l’Agriculture et de l’Agro-alimentaire, la première source du prodigieux pouvoir antioxydant de la myrtille vient de l’acide chlorogénique, une substance anticancéreuse reconnue. 

Toujours selon Kalt: «Dans certains fruits, on trouve 3, 4 ou même 5 types d’antioxydants anthocyanines, les myrtilles peuvent en contenir 25 à 30 !».

La myrtille est aussi riche en substances anti-inflammatoires comme la cyanidine, un pigment qui contribue à l’action contre l’arthrite.

La phytophysiologiste Mary Ann Lili Smith, de l’université de l’Illinois a qualifié la myrtille de «petit fruit du cerveau». Des études, réalisées sur des rats, par  le Dr Jim Joseph de l’université Tufts, ont montré une nette amélioration de la mémorisation, de la coordination et de l’équilibre.

Des recherches de l’Université Princeton et de Salk Institute ont montré que les animaux et les humains peuvent fabriquer de nouveaux neurones. Les rats du Dr Jim Joseph de l’université Tufts ont fabriqué de nouveaux neurones, d’où l’amélioration des performances du cerveau.
La consommation de myrtilles améliore aussi la communication entre les cellules cérébrales, alors qu’avec le vieillissement, c’est justement le contraire qui se produit. Les récepteurs de surface des cellules cérébrales deviennent plus sensibles chez les rats consommant des myrtilles  .
Avec le vieillissement, notre cerveau élimine plus difficilement des protéines endommagées ce qui nuit aux communications neuronales. Les rats recevant des myrtilles avaient moins de protéines endommagées dans le cerveau.

Des études réalisées à l’université de Floride du Sud par les Drs Jim Joseph, David Morgan et Gary Arendash ont montré, chez des souris atteintes de la maladie d’Alzheimer, une nette différence de performances cérébrales chez les souris recevant des myrtilles.

D’autres expériences réalisées sur des souris par le Dr Jim Joseph ont montré qu’une alimentation riche en fraises et myrtilles pouvait bloquer les effets de l’exposition à des rayons nocifs. Jim Joseph nous dit: «Si vous pouvez exposer des souris à des rayons et que ceux-ci ne leur causent aucun effet nocif, c’est assez extraordinaire !».
Au niveau des yeux, la myrtille semble favoriser la régénérescence du violet rétinien, c’est-à-dire le pigment violet dans la rétine qui nous permet de voir dans la pénombre. Les extraits de myrtille semblent aussi améliorer la circulation dans la rétine.

Selon une étude publiée dans le Journal of Clinical Nutrition, la prise de myrtilles  augmente le niveau d’antioxydants dans le sang, augmentation qui semble alors jouer un rôle dans la prévention des maladies cardiovasculaires, du diabète, de la «sénilité», du cancer et de certaines dégénérescences oculaires comme la dégénérescence maculaire et la cataracte.

Les anthocyanes associées à la vitamine C et aux antioxydants végétaux renforcent la résistance des capillaires en stimulant la production du collagène, substance servant à la construction du tissu conjonctif. Les flavonoïdes – sous-classe des polyphénols -  favorisent également la vasodilatation et ont un effet inhibiteur sur l’agrégation plaquettaire et donc sur la formation des caillots.

Les tanins contenus dans les myrtilles calment les inflammations du système digestif alors que les polyphénols ont des propriétés antibactériennes.

Tout comme les canneberges, les myrtilles ont des effets bénéfiques sur le système urinaire. Certaines substances empêchent la bactérie E.Coli de se fixer sur les parois de l’urètre et de la vessie, et par-delà de provoquer des infections.

« D’après une étude néo-zélandaise, certains antioxydants contenus dans les myrtilles permettraient de contrer les effets néfastes d’un exercice excessif sur les muscles."
 Emmanuelle LAMI
Comment protéger les muscles du stress oxydant lors d’un exercice physique intense ? Peut-être grâce aux myrtilles et à leurs antioxydants. D’après les chercheurs de l’Institut néo-zélandais de recherche sur l’alimentation et les végétaux, les extraits de myrtilles réduiraient les dommages musculaires causés par le stress oxydatif
Les auteurs ont utilisé des cellules musculaires exposées à un stress oxydant et les ont exposées à des différentes doses d’extraits de myrtilles .
Résultat : les extraits de myrtilles protègent les cellules musculaires du stress oxydant. Par ailleurs, plus la dose d’extraits de myrtilles est élevée, plus la protection est importante.
Des analyses suggèrent que ce rôle protecteur pourrait être joué par la malvidine glucoside et la malvidine glucoside, deux antioxydants de la myrtille.

R.D. Hurst, R.W. Wells, S.M. Hurst, T.K. McGhie, J.M. Cooney, D.J. Jensen ; Blueberry fruit polyphenolics suppress oxidative stress-induced skeletal muscle cell damage in vitro. Molecular Nutrition & Food Research, Volume 54 Issue 3, Pages 353-363″
Texte provenant du site LaNutrition.fr, le 06/04/2010

Retrouvez ce super fruit dans notre produit exclusif :  Green Angel, contenant 22 super aliments du monde entier et couvrant 75% de vos besoins journaliers en vitamines B, C et sélénium par stick. 

http://www.vitanutrition.hervem.com
Ces informations ne remplacent pas l'avis d'un médecin. N'arrêtez jamais vos médicaments sans l'avis de votre médecins. La santé ne repose pas sur la prise d'un aliment "miracle" mais sur l'adoption d'une alimentation équilibrée et d'un mode de vie sain.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire